GIA MARIE CARANGI - Il était une fois...







BIOGRAPHIE


Gia Carangi est née à Philadelphie le 29 janvier 1960.
Elle compte parmi les premiers tops modèles depuis les années 70 jusqu'au début des années 80.
C’est d’ailleurs grâce à elle que Cindy Crawford doit son surnom de "Baby Gia".
En effet, cela est dû à la ressemblance frappante entre les deux mannequins.

Gia est une enfant tranquille et intelligente dont les manières étaient si adorables qu'elle était encouragée à parler en language de bébé longtemps après que ce soit approprié.
Gia est une enfant précoce et particulièrement rebelle, et si elle avait un lien véritablement étroit avec n'importe qui, ça l'était particulièrement avec sa mère, avec qui elle pouvait partager des "choses de filles".
Alors âgée de dix ans, les parents ont commencé à s'embrouiller régulièrement.
Sa mère Kathleen a décidé de prendre la mesure peu commune de laisser son mari, sa maison et ses enfants pour un autre homme.
Gia ne s'est jamais remise de la perte provisoire de sa mère.
"Gia a fait beaucoup de choses juste pour obtenir l'attention de sa mère", dit un ami.
"Elle et Kathleen ont eu cette bataille continuelle, et la seule personne que Gia a toujours voulu était sa mère".

Gia dira de la relation avec sa mère : "Ma mère est tout pour moi.
Quand elle était plus jeune, elle a toujours voulu faire par elle-même.
Mon papa, je n'ai jamais obtenu les bonnes attentions de sa part.
Peut-être qu'il n'a pas aimé l'idée qu'ils ont voulu que je renonçe à mon dernier nom.
Mais ma maman, elle était derrière moi dès le début"
.

À l'âge dix-sept ans, Gia travaille à Hoagie City, au comptoir du fast-food de son père puis est découverte une nuit dansant au Club DCA, une boîte en majorité gay.
Juste aprés son 18ème anniversaire, Gia est engagée par l'agence Wilhelmina Models, à New York.

"Gia a détesté le commencement de sa carrière", dit l'amante de Gia de cette époque.
"Elle s'est sentie comme un morceau de viande.
"Je sais que c'est un vieux cliché, mais c'est ce qu'elle a toujours dit"
.

Au cours des 6 mois suivants, Gia était en première page de Vogue avec Arthur Elgort, Bazaar avec Chris von Wangenheim, Cosmopolitan avec Scavullo.
Son maquillage était fait par les deux meilleurs maqulleurs du milieu, Sandy Linter et Way Bandy, et son coiffeur était le légendaire Harry King.
Gia est bookée par les plus grands photographes et devient modèle des grands couturiers avant qu'elle ait su vraiment même qui ils étaient ou comment orthographier leurs noms.

Gia apparait dans de nombreuses campagnes publicitaires, y compris celles de Christian Dior, Versace et Maybelline.
Gia devient la vedette du groupe Blondie dans le clip vidéo du single "Atomic" sorti en 1980.
Gia était très mondaine et fréquentait souvent les soirées du Studio 54, la plus smondaine des boîtes de New York.

En 1980, Gia perd son agent Wilhelmina Cooper des suites d'un cancer du poumon qui représentait pour Gia une figure de mère.

"Je me suis sentie très proche de Wilhelmina, c'était une grande perte pour moi ... elle était juste une personne importante - par rapport à que j'ai eu dans ma vie sa mort a été une perte épouvantable pour moi", confie Gia.

Ce drame annonce sa descente aux enfers, et la conduit dans l’abus de drogues.
Le photographe de mode Francesco Scavullo se rappelle d’un tournage dans les Caraïbes : "Elle pleurait parce qu’elle ne trouvait pas ses drogues.
J’ai littéralement dû l’allonger sur son lit et attendre jusqu’à ce qu’elle s’endorme"
.

En 1980, sur une photo de Vogue, la rumeur veut que ses marques de shoot étaient encore visibles même après les retouches.

Elyssa Stewart, une ancienne amante de Carangi, confie : "Le problème était que ses assistants étaient plus intéressés à cacher les marques plutôt qu'à l'aider personnellement".

Malgré des cures de désintoxication, sa carrière fait une chute rapide allant des plus grands podiums à gagner des milliers de dollars par jour pour finir dans le quartier de Lower East Side de New York pour des parties de shoots à l'héroïne.

Suite à une hospitalisation pour des symptômes de pneumonie, les médecins détectent chez Gia la présence d'un nouveau virus qui va bouleverser le monde entier : le SIDA.

Gia développe rapidement la maladie et son état empire tellement qu'elle est transférée à l’hôpital "Philadelphie Hahnemann University", ayant pour seule personne à ses côtés sa mère.

Gia décède le 18 Novembre 1986, alors âgée de 26 ans.
Gia fût l’une des premières femmes célèbres en Amérique à décèder du sida.

Le SIDA a tellement mutilé son corps, que le directeur du funérarium recommande vivement de ne pas l'exposer aux yeux de ses proches.
Lors de ses funérailles, aucun membre du monde de la mode n'y assiste.

Son grand ami Rob Fay se rappelle : "Gia voulait faire un petit film, ou elle aurait raconté aux enfants des drogues.
Pour qu’ils savent quels malheurs peuvent causer les drogues.
Elle voulait dire qu’on peut surmonter ce malheur.
Mais, malheureusement nous n'avons pas pu l'enregistrer.
La derniere fois quand j'ai vu Gia, elle ne pouvait pas parler, je savais qu'elle allait mourir"
.

Le destin tragique de Gia a inspiré de nombreuses oeuvres qui ont depuis contribué à la création de son héritage.
Une biographie de Gia écrite par Stephen Fried "Thing of Beauty" (titre d’un poème de John Keats) a été publié en 1993.

En 1998 un film biographique appelé Gia, femme de rêve, (également sous le titre de Gia, anatomie d'un top model) réalisé par Michael Cristopher.
Le rôle de Gia est incarné par Angelina qui a obtenu le 24 janvier 1999 le Golden Globe de la meilleure actrice dans un téléfilm.

Gia repose au Sunset Memorial Park au nord de Philadelpie.



Retour haut de page



A Thing Of Beauty (Endymion) - Poème de John Keats -


A thing of beauty is a joy for ever :
Its lovliness increases ; it will never
Pass into nothingness ; but still will keep
A bower quiet for us, and a sleep
Full of sweet dreams, and health, and quiet breathing.
Therefore, on every morrow, are we wreathing
A flowery band to bind us to the earth,
Spite of despondence, of the inhuman dearth
Of noble natures, of the gloomy days,
Of all the unhealthy and o'er-darkn'd ways
Made for our searching : yes, in spite of all,
Some shape of beauty moves away the pall
From our dark spirits. Such the sun, the moon,
Trees old and young, sprouting a shady boon
For simple sheep ; and such are daffodils
With the green world they live in ; and clear rills
That for themselves a cooling covert make
'Gainst the hot season ; the mid-forest brake,
Rich with a sprinkling of fair musk-rose blooms :
And such too is the grandeur of the dooms
We have imagined for the mighty dead ;
An endless fountain of immortal drink,
Pouring unto us from the heaven's brink.

Il semblerait que ce poème soit quasi impossible à traduire en français



Retour haut de page



QUELQUES PHOTOS DE GIA EN COUVERTURE DE MAGAZINE



Vogue anglais en 1979
Philadelphia en 1980
Vogue français en 1980
Cosmopolitan grec 1983


Retour haut de page



JE SERAIS UN ROI ET JE FERAIS DE TOI MA REINE


Même après sa mort, la sexualité Gia n’a jamais été confirmée.
Dans plusieurs biographies consacrées à Gia, il n’est pas rare de trouver des déclarations faisant explicitement référence à son lesbianisme.

Une camarade de classe a ainsi déclaré à son sujet : "Gia aimait simplement les femmes.
Elle leur courait après et elles succombaient"
.
L’une de ses premières amantes a même ajouté : "Elle a toujours souhaité préférer les hommes, ça aurait rendu sa vie beaucoup moins compliquée. Mais elle aimait juste toujours vraiment les femmes".

En Octobre 1978, Gia pose pour le photographe Chris von Wangenheim pour sa première grande prise photo.
Nue derrière un grillage en fer, elle surprend ce dernier mais s’entiche surtout de l’assistante maquilleuse Sandy Linter.
Leur histoire d’amour débutera peu après et sera la plus connue et la plus marquante de Gia même si cette relation ne sera jamais assez stable.
Celle-ci a déclaré à propos de sa relation avec la mannequin : "Elle m’envoyait des fleurs, elle a vraiment fait en sorte de me courtiser, ce que j’ai trouvé adorable.
Finalement je suis sortie avec elle.
Elle était le genre de personne à cette époque et ceux qui la connaissaient à ce moment là pourront vous le dire, qui, si elle se pointait sur le pas de votre porte et que vous ouvriez, entrait dans votre appartement et était là, c’était ça"
.

Gia Carangi et Sandy Linter
Gia Carangi et Sandy Linter
Gia Carangi et Sandy Linter
Gia Carangi et Sandy Linter
Gia Carangi et Sandy Linter
Gia Carangi et Sandy Linter
Sandy Linter
Angelina Jolie et Elizabeth Mitchell dans Gia


Retour haut de page



GIA CARANGI vs ANGELINA JOLIE


En 1998 sort un film biographique appelé Gia, femme de rêve, (également sous le titre de Gia, anatomie d'un top model) réalisé par Michael Cristopher.
Le rôle de Gia est incarné par Angelina.
Comparons quelques photos de Gia pendant sa carrière et d'Angelina dans le film.



Retour haut de page



QUELQUES PHOTOS DE GIA CARANGI


Gia repose au Sunset Memorial Park au nord de Philadelphie


Retour haut de page